Culture & Nature | « Connecting Practice » - Phase III : Rapport final disponible

Connecting Practice III cover pageSuite au succès des deux premières phases de « Connecting Practice », l’ICOMOS et l’UICN sont heureux de partager les résultats de la troisième phase du projet.

« Connecting Practice » est une initiative commune entre l’ICOMOS et l’UICN qui a pour objectif d’explorer, d’approfondir les connaissances et de créer de nouvelles méthodes qui permettent de mieux reconnaître le caractère interconnecté des valeurs naturelles et culturelles des paysages terrestres et marins significatifs afin de parvenir à une manière plus efficace, créative et inclusive de les maintenir et de bénéficier de leur expérience sur le long terme.

Depuis le commencement du projet en 2013, trois phases ont été mises en œuvre et une phase supplémentaire est d’ores-et-déjà prévue. Chaque phase a contribué à sensibiliser les acteurs de la gestion du patrimoine aux liens entre les dimensions naturelles et culturelles des lieux patrimoniaux et à la nécessité d’adopter des approches conjointes pour leur protection et leur gestion

Le travail de terrain multidisciplinaire, permettant un apprentissage par la pratique collective, a toujours fait partie intégrante de la méthode de travail de « Connecting Practice ». Lorsque cela a été jugé utile, le projet a également développé d’autres activités, comme lors de la Phase III, durant laquelle le travail de terrain a été complété par une analyse de la signification des mots et des concepts pertinents pour « Connecting Practice », qui a donné lieu à la rédaction d’un Commentaire sur les mots-clefs de la nature et de la culture (« Commentary on Nature-Culture Keywords »). Cette phase du projet a compris également la réalisation d’une enquête auprès des gestionnaires de site, basée sur un questionnaire structuré, afin d’approcher un plus grand nombre de sites et leur équipe, et de recueillir des informations sur les connexions nature-culture de leurs sites. 

La pertinence des résultats du « Connecting Practice » va au-delà du système du patrimoine mondial, et ils peuvent également être utilisés afin de poursuivre l’intégration des pratiques de gestion nature–culture dans des lieux patrimoniaux aux désignations multiples.

Tout au long de ces trois phases de mise en œuvre, « Connecting Practice » a démontré que sa spécificité réside dans le fait d’être un groupe de réflexion, une plateforme d’innovation permettant de développer et tester de nouvelles idées ; ses résultats constituent une base expérimentale pouvant être développée et rendue opérationnelle par d’autres projets et plateformes au sein du système du patrimoine mondial, et au-delà. 

Depuis 2013, la communauté de « Connecting Practice » s’est développée, avec de plus en plus de professionnels et de gestionnaires de sites impliqués dans ses activités et partageant la vision et les ambitions du projet. L’ouverture à d’autres organisations et centres de recherche, tels que l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Stockholm Resilience Centre, a grandement contribué au renforcement de la multidisciplinarité du projet. 

Ce rapport présente les activités réalisées, les résultats obtenus, les retours d’expérience et les défis rencontrés dans la mise en œuvre de cette phase du projet. Cette troisième phase a également été l’occasion de réfléchir aux trois phases du projet dans son ensemble et à ses réalisations, de clarifier sa position parmi d’autres initiatives, plateformes ou projets et de tracer des perspectives et des actions pour l’avenir. 

________________________________________________________________________________

L’ICOMOS et l’UICN remercient le Fonds Christensen pour son soutien continu exprimé depuis le début du projet en 2013. Nous sommes également reconnaissants au Département de la Culture et du Tourisme d’Abu Dhabi, au Comité national ICOMOS Chine, à l’Office fédéral suisse de l’environnement (OFEV), au Secrétariat du Programme des Systèmes Ingénieux du Patrimoine Agricole Mondial (SIPAM) de la FAO, au Stockholm Resilience Centre, à l’Albaeco et à la Leuphana Uni Universität Lüneburg pour le soutien financier et technique supplémentaire accordé pour le projet. Nous remercions également les gestionnaires de sites et les parties prenantes aux Émirats arabes unis, au Sénégal, au Portugal et en Chine pour leur soutien et leur implication dans le travail de terrain, ainsi que tous les gestionnaires de sites et les professionnels ayant généreusement offert leur temps et leur expertise tout au long de la mise en œuvre de cette troisième phase du projet. 

 

téléchargement Télécharger le rapport (en anglais) de la troisième phase de « Connecting Practice »

 


Voir aussi :

Picto doigtConsultez le rapport de la phase I de « Connecting Practice »

Picto doigtConsultez le rapport de la phase II de « Connecting Practice »