Alerte patrimoine : Palacio Bellas Artes, San Sebastian, Espagne.

HA Palacio Bellas Artes INTERIOR ESTADO ACTUALLe 29 juillet 2022 – Mise à jour : Palacio Bellas Artes

L'ICOMOS a le regret d'annoncer une issue négative pour le Palacio Bellas Artes. Malheureusement, le projet de développement visant à convertir le Palacio Bellas Artes en hôtel - incluant la démolition du dôme et de l'intérieur, et la construction d'une extension non compatible - a été mis en œuvre. Bien que cette alerte patrimoine ait inspiré un débat parmi des citoyens, le Palacio Bellas Artes a perdu son authenticité à cause des effets irréversibles du projet de développement.

Démolition de l'intérieur (Photographe d’ANKORA, juillet 2022).

 

«  Le Palacio Bellas Artes est le plus ancien cinématographe d'Espagne et l'un des rares exemples de cette typologie architecturale conservés en Europe avant la Première Guerre mondiale »  (Donostitik.com 2022).

En 2014, le Comité scientifique international de l’ICOMOS sur le patrimoine du 20e siècle (ISC20C) a entamé des négociations avec les autorités de la ville de San Sebastian pour soutenir la conservation et le réemploi adapté du cinéma. Des membres de la communauté avaient demandé à l'ISC20C d'envisager de placer une alerte internationale au patrimoine sur le site. Néanmoins, nous espérions que la ville agirait pour éviter les impacts négatifs sur le bâtiment, et trouverait une façon appropriée de conserver le cinéma afin d’éviter toute  remarque de l’international. L’ISC20C a rencontré des responsables et soutenu la conservation de ce bâtiment classifié lors de réunions et de congrès , et a accepté de ne pas publier une alerte, étant donné les négociations positives.

En 2015, le gouvernement Basque a reconnu l’importance de ce bâtiment et consenti à protéger le Palacio Bellas Artes au plus haut niveau en Espagne, comme un “BIC-Bien de Interés Cultural”, avec le vif soutien de l’ISC20C.

En 2017, d’autres menaces sont apparues malgré cette protection. Les présidents de l’ICOMOS, Gustavo Araoz, et de l’ISC20C, Sheridan Burke, ont de nouveau écrit aux autorités, cherchant le dialogue sur la proposition de développement, et s’efforçant de convaincre les autorités de maintenir la protection du site comme BIC.

Face au manque de respect dont ont fait preuve les pouvoirs publics pour la protection du patrimoine, l’ICOMOS a présenté l’alerte internationale aux autorités le 30 mars 2019, en informant les médias.

Cependant, en accord avec les autorités municipales, le propriétaire a réussi à obtenir un permis de démolition du dôme en raison d’urgence et de danger. L’association espagnole ANKORA a poursuivi le propriétaire en justice, et le juge a rejeté le procès, l'autorisant à démolir le dôme pour raisons de sécurité, mais à condition de le restaurer dans son état d'origine.

Par la suite, le propriétaire a demandé un permis de réhabilitation du bâtiment pour la démolition des toitures et de l’intérieur, la modification de certaines parties des façades et la construction d’une extension non compatible incorporant un grand volume au-dessus du bâtiment existant et en sous-sol, le tout pour un usage résidentiel en tant qu'hôtel-appartement, dans une opération clairement spéculative, à savoir la reproduction du dôme. Le résultat est un pastiche.

Face à cette situation, un autre procès a été intenté par ANKORA ; toutefois, la Cour suprême a rejeté la demande de maintien de la protection du bâtiment et le projet de développement est en cours de réalisation.

Compte tenu des circonstances, l’ICOMOS Espagne a présenté des allégations au conseil municipal et a dirigé les négociations avec le bureau du maire, incluant une lettre adressée au maire de la ville le 30 septembre 2021. Malheureusement, cela n’a pas produit de résultats positifs.

Malheureusement, ce résultat négatif, malgré le fait que le bâtiment bénéficie du plus haut niveau de protection possible dans le pays, crée un dangereux précédent pour le patrimoine en Espagne. C’est une preuve supplémentaire du mépris des autorités pour le patrimoine, encore plus pour celui du XXème siècle.

 

Références: ‘ICOMOS lamenta la transformación del Bellas Artes en un hotel,’ Donostitik.com, 17 mai 2022, Accès le 18 juillet 2022, <https://www.donostitik.com/icomos-lamenta-la-transformacion-del-bellas-artes-en-un-hotel/>  

HA Palacio Bellas Artes 20220722 201250

HA Palacio Bellas Artes URBIETA1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

9 Avril 2010

FOTO 1920 c. BELLAS ARTES SAN SEBASTIAN

Le Palacio Bellas Artes a vu le jour en 1914, à San Sebastian, en Espagne. C'est l'un des exemples existant les plus récents de palace du cinéma construit volontairement dans le Pays Basque et dans toute l'Espagne. Sa riche valeur architecturale, culturelle et sociale est une partie vitale de l'histoire de San Sebastian, ce qui la amené à être reconnu par les autorités et protégé en tant que patrimoine culturel de rang 1 dans le plan général de San Sebastian de 1995. Le Palacio Bellas Artes a également été déclaré "BIC Bien d'Intérêt Culturel" dans la partie Monument par le gouvernement basque (Ordre du 4 mars 2015, BOPV du 6 mars). Cela aurait dû suffire pour protéger le bâtiment, mais malheureusement, les conditions physiques, économiques et politiques qui entourent cet emblème espagnol ont changé ces dernières années et le bâtiment se retrouve aujourd’hui sévèrement menacé.

En 2014, Le Comité Scientifique International sur le patrimoine du 20ème siècle de l’ICOMOS (ICOMOS ISC20C) avait préparé une Alerte patrimoine afin d’attirer l’attention sur la menace imminente qui pesait sur le bâtiment. Plutôt que d’émettre l’Alerte patrimoine, des lettres ont été rédigées par le Président de l’ICOMOS ISC20C et un membre expert de ce même comité, demandant aux autorités espagnoles d’assurer la protection du bâtiment.

L’importance du Palacio Bellas Artes a été reconnue, et le gouvernement basque a accepter de protéger le site en tant que « BIC Bien d’Intérêt Culturel », la plus haute protection espagnole. Il semblait alors que le Palacio Bellas Artes avait été sauvé. Malheureusement, le propriétaire du bâtiment, Sociedad Anónima de Deportes y Espectáculos (SADE), a depuis demandé à la municipalité de San Sebastian la permission de démolir le dôme qui surplombe le bâtiment, permission qui lui a été accordée. Ainsi, ICOMOS ISC20C et ICOMOS Espagne lancent une Alerte patrimoine et demandent aux autorités de protéger et de conserver ce monument emblématique espagnol.

ICOMOS Espagne et ICOMOS ISC20C souhaitent que les autorités de San Sebastian et du pays basque reconnaissent l’importance du Palacio Bellas Artes, comme ils l’ont fait auparavant, et qu’ils travaillent à sa protection et à sa restauration. Des rénovations futures sont encouragées mais elles devraient être conduites d’une manière appropriée, qui n’affecte pas négativement la valeur architecturale, historique et culturelle du bâtiment et du site qui l’entoure.

Les lettres rédigées par le Président de l’ICOMOS ISC20C et un membre expert du ISC20C ont été envoyées à 13 destinataires, composés de membres du gouvernement basque :
D. Iñigo Urkullu, Lehendakari (Président) du gouvernement basque
D. Joxean Muñoz, Vice-conseiller en Culture et en politique linguistique
D. Bingen Zupiria, Conseiller en Culture et politique linguistique  
D. Mikel Aizpuru, Directeur du patrimoine, Département de Culture et politique linguistique

Ces lettres ont aussi été envoyées à des membres du conseil municipal : 
D. Eneko Goia, Maire, Conseil municipal de San Sebastian
D. Ernesto Gasco, Adjoint au Maire
D. Enrique Ramos, groupe municipal du PSOE
D. Jon Insausti, groupe municipal de PNV
Dña. Miren Albistur, groupe municipal de PP
D. Loïc Alejandro, groupe municipal d'IRABAZI
Dña. Amaia Almirall, groupe municipal de BILDU

Au groupe citoyen "Áncora Agrupación Civica" et à José Gabriel Mújika, le directeur du quotidien espagnol "Diario Vasco".
Pour lire une copie de ces lettres, cliquez ici.

Vous pouvez télécharger le dossier d’Alerte Patrimoniale ci-dessous :

En anglais

En espagnol

Pour lire la lettre de la présidente d’ICOMOS Espagne cliquez ici.

Crédit photo : Instituto del Patrimonio Cultural de España. Archivo Loty (Madrid), Javi Pez. (San Sebastián), Áncora Agrupación Cívica. (San Sebastián).

FOTO 28 OCTUBRE 2015 BELLAS ARTESIMAGEN ACTUAL1

 

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies permettant la mémorisation de vos informations de connexion, la personnalisation des contenus, l’affichage des vidéos et la mesure d’audience. Aucun cookie ne sert à vous pister à des fins commerciales ou publicitaires.

Votre navigateur ainsi que des outils en ligne vous offrent la possibilité de paramétrer ces cookies. En savoir plus

J'ai compris

ICOMOS
Termes et conditions d’utilisation des témoins de navigateurs, ou « cookies »

ICOMOS vous informe que, lors la consultation du site Internet de l’ICOMOS et de toutes les pages de ce domaine, des témoins de connexions, dits « cookies », sont déposés sur l’ordinateur, le mobile ou la tablette de l’utilisateur. Aucun cookie ne sert à vous pister à des fins commerciales ou publicitaires.

Un cookie est une information qu’un site internet conserve sur l’ordinateur de l’utilisateur et que le navigateur de l’utilisateur fournit au site Internet chaque fois que le visiteur s’y connecte. Ces cookies permettent essentiellement à l’ICOMOS :

Vous trouverez ci-dessous la liste des cookies utilisés par notre site et leurs caractéristiques.

Cookies crées par l'utilisation d'un service d'un tiers sur le site :

https://developers.google.com/analytics/devguides/collection/analyticsjs/cookie-usage)

 À savoir :

Vous pouvez paramétrer votre navigateur afin qu'il vous signale la présence de cookies et vous propose de les accepter ou non. Vous pouvez accepter ou refuser les cookies au cas par cas ou bien les refuser une fois pour toutes. Il est rappelé que ce paramétrage est susceptible de modifier vos conditions d'accès aux services du site nécessitant l'utilisation de cookies.

Le paramétrage des cookies est différent pour chaque navigateur et en général décrit dans les menus d'aide. Vous trouverez davantage d'explications sur la manière de procéder via les liens ci-dessous.

Firefox   •  

Chrome  •  

Safari   •  

Internet Explorer

 

Télécharger le document