Alerte patrimoine ICOMOS - Silos à grains de Beyrouth

1 90X120Dernière mise à jour du 3 août 2022:
Le dimanche 31 juillet, le bloc nord des silos à grains de Beyrouth s'est effondré. Un incendie à son pied, apparemment déclenché par la fermentation du grain restant en raison de la chaleur estivale, avait continué de se consumer pendant plus de 20 jours, les premières interventions minimales pour tenter de le contenir n'ayant apparemment eu lieu qu'après 10 jours à la suite de protestations généralisées et d'appels à l'action par la société civile. Cette section des silos, déjà fortement endommage depuis l'explosion de 2020, aurait probablement pu être sauvée si des mesures opportunes avaient été prises à temps, mais les incendies ont encore détérioré la structure, accélérant son effondrement.

Le 26 juillet, le parlement libanais n’est pas parvenu à adopter une loi qui aurait protégé les silos de la démolition.

ICOMOS et ICOMOS Liban exhortent les autorités libanaises à

Et réitèrent en outre leur appel pour un renversement immédiat de la décision de démolir les silos à grains de Beyrouth et à leur inscription officielle et légale en tant que bâtiment historique national protégé, y compris la désignation d'une zone tampon environnante.

  

22 juin 2022:

L'ICOMOS soutient l'expression d'inquiétude émise par l'ICOMOS Liban, en tant que représentants de la communauté du patrimoine dans leur pays, concernant la dernière décision du gouvernement libanais ordonnant la démolition des silos à grains de Beyrouth, un monument du patrimoine moderne remarquable et un travail d'ingénierie, mais aussi un lieu significatif dans la mémoire collective de la population du Liban et de Beyrouth en particulier.

Le 4 août 2020, l'une des plus grandes explosions non nucléaires de l'histoire a eu lieu dans le port de Beyrouth, générant une vague de déflagration qui a déchiré la capitale. L'explosion a fait plus de 220 morts, 6 000 blessés et 300 000 sans-abri.

Dans les médias, les silos à grains en ruine qui ont absorbé l'explosion sont devenus l'image emblématique d'un événement qui a secoué non seulement le Liban mais le monde entier.

Aujourd'hui, leur possible démolition révèle une société tiraillée entre l'amnésie et la nécessité de préserver ce repère, comme symbole de cette tragédie qui a laissé une trace indélébile dans la psyché de la nation. Les silos, et tous les bâtiments du patrimoine qui ont été touchés par l'explosion, sont les représentants visuels de cette mémoire collective, qui fait désormais partie de l'histoire de la nation libanaise.

La démolition des silos, la suppression de ce point de repère et la création d'un vide physique donneront l'impression d'une absence d'espace et ne feront que renforcer l'amnésie psychologique.

L'importance de cette structure réside dans ce qu'elle symbolise à travers son histoire.

L'ICOMOS appelle à un renversement immédiat de la décision de démolir les silos à grains de Beyrouth et à leur enregistrement officiel et légal en tant que bâtiment historique national protégé, y compris la désignation d'une zone tampon environnante.

beirut blast 3 1024x768

 

téléchargementTéléchargez la lettre envoyée aux autorités libanaises et le communiqué de presse

Crédits photos :
Première image : Silos à grains de Beyrouth après l'explosion © Dia Mrad
Deuxième image : Vue aérienne du site © Rami Rizk


Voir plus

Picto doigtQu'est-ce qu'une Alerte Patrimoine ?

Picto doigtLes Alertes Patrimoine en cours de l'ICOMOS