L'Arcadia Fund fait un don pour soutenir l'enregistrement 3D de sites culturels en danger au Moyen-Orient et en Afrique du Nord

La phase pilote sur la Syrie


janvier 2017

Le Projet Anqa, qui vise à préserver le patrimoine culturel à l'aide de relevés 3D, a reçu une contribution majeure de l’Arcadia Fund, un fonds britannique de contributions dont la mission est de protéger la culture et la nature menacées. Le Projet Anqa, qui signifie « phénix » en arabe, est une initiative conjointe de l'ICOMOS (le Conseil international des monuments et des sites), de CyArk (une organisation internationale à but non lucratif) et de l'Institut pour la préservation du patrimoine culturel de l'Université de Yale.

Le projet vise à réaliser des relevés 3D d’urgence des sites du patrimoine culturel à risque au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. L'ICOMOS, le coordinateur du projet, dirige les efforts des partenaires du projet et assure la coordination scientifique du projet par l'intermédiaire du Groupe de travail de l'ICOMOS pour la sauvegarde du patrimoine culturel en Syrie et en Irak.

La phase pilote du programme se concentre sur la Syrie et a commencé par la formation de spécialistes syriens qui effectueront des relevés 3D de six sites du patrimoine culturel sélectionnés en coordination avec la Direction générale des Antiquités et des Musées (DGAM) de Syrie. Les participants du projet continueront à effectuer des relevés 3D au-delà de la phase pilote, ce qui conduira à la création d'une activité durable d'inventaire architectural 3D. Les relevés seront archivés par CyArk et rendus accessibles aux chercheurs du monde entier dans une base de données détaillée et en libre accès, appuyée par l'Institut pour la préservation du patrimoine culturel à l'Université de Yale.

En janvier 2017, en coordination avec la DGAM et avec le soutien de l’Arcadia Fund, CyArk a organisé une formation de deux semaines au Liban. Les participants ont appris comment affiner les techniques de saisie des données et ont reçu des directives supplémentaires pour renseigner les formulaires d'enregistrement sur place. Le personnel de la DGAM a participé à la formation sur le terrain et au traitement des données informatiques. Le travail de terrain a eu lieu en coordination avec la Direction générale des antiquités libanaise au complexe du temple phénicien dédié à Echmoun à Saïda.

Une deuxième phase du Projet Anqa est prévue afin de former les professionnels irakiens du patrimoine à la réalisation de la documentation 3D du patrimoine culturel irakien.

Pour plus d'informations :
- Arcadia Fund : http://www.arcadiafund.org.uk
- ICOMOS: http://www.icomos.org/ 
- CyArk : http://cyark.org/
- Institut pour la préservation du patrimoine culturel à l'Université de Yale : http://ipch.yale.edu/

L'équipe ANQA à Damas

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris