18 avril - Thème 2017

Chaque année, le 18 avril, l’ICOMOS célèbre la « Journée internationale des monuments et des sites », dont l’institution a été approuvée par la 22ème Conférence générale de l’UNESCO en 1983.

En 2017, le thème en est « Patrimoine Culturel & Tourisme Durable », choisi en relation avec l’Année internationale du tourisme durable pour le développement des Nations Unies, dans le contexte de l’Agenda 2030 pour le développement durable et des Objectifs du développement durable.

Le centre d'accueil du bien du patrimoine mondial de Stonehenge dans sa phase finale de construction, décembre 2013. Conçu pour être "réversible" (enlevé du paysage) par les architectes australiens Denton Corker Marshall. Stonehenge est l'un des plus importants sites préhistoriques d'Europe avec plus de 2000 monuments classés dans la zone. Le nouveau centre d'accueil reçoit plus d'un million de visiteurs par an (1 359 448 en 2015/2016). Image © Sue Millar.

 

 

Le programme du 18 avril est conduit par le Comité scientifique international du Tourisme culturel et le réseau global de l’ICOMOS. Les Comités de l’ICOMOS sont encouragés à rendre compte de leurs activités du 18 avril auprès de l’Année internationale, et afin de renforcer les liens, nous leur suggérons d’utiliser le logo de l’Année internationale avec le logo officiel de leur Comité dans leurs documents de communication sur le 18 avril. Cliquez sur les liens pour télécharger le logo de l'Année internationale et le logo à l'horizontal.

   

La « Journée internationale des monuments et des sites » de 2017 offre aux Comités de l’ICOMOS à travers le monde l’occasion de célébrer les retombées positives d’un rapport approfondi entre le développement du tourisme durable et le patrimoine culturel (tout en mentionnant les éventuels impacts négatifs). Ce jour-là, à travers ses Comités nationaux et ses Comités scientifiques internationaux, l’ICOMOS encourage les populations locales, individuellement ou collectivement, à mesurer l’importance du patrimoine culturel dans leur vie, leurs identités, et leurs communautés, et à promouvoir la prise de conscience de leur diversité et de leur vulnérabilité, ainsi que les efforts nécessaires à leur conservation et leur protection. C’est la première fois que l’ICOMOS invite les Comités nationaux et les Comités scientifiques internationaux à partager avec les populations locales et mettre l’accent sur les initiatives innovantes et les « bonnes pratiques » actuelles dans le domaine du Patrimoine Culturel et du Tourisme Durable.

« Patrimoine Culturel & Tourisme Durable » est un thème important dans le contexte de la conservation au 21ème siècle. Nous devons nous rappeler tout d’abord que l’ICOMOS a été un leader en la matière pendant de nombreuses années, en produisant la première Charte internationale du tourisme culturel en 1976, puis la seconde – adoptée par l’Assemblée générale de Mexico - en 1999. En 2017 le CSI du Tourisme Culturel conduit une révision de la Charte et attend des contributions de la part des Comités nationaux et Comités scientifiques internationaux, à partir des résultats des réunions et rencontres organisées à l’occasion de la célébration de la « Journée internationale des monuments & des sites » 2017.

 

Le Patachitra de Pingla. Dans le cadre d'un projet de rénovation culturelle et le développement de petites entreprises par Banglanatak basé à Kolkata, au Bengale occidental, les villageois locaux de l'Inde célèbrent leurs traditions de peinture et de chant avec un résultat commercial qui a amélioré leurs vies. Image © Sue Millar.

 

 

 

 

   

La croissance exponentielle du tourisme, et en particulier du tourisme culturel, a eu une influence majeure, notamment en encourageant un développement sans cesse croissant du nombre et du champ d’intervention des rencontres culturelles, tant formelles qu’informelles. L’échange culturel est le fondement même du tourisme culturel. L’échange culturel promeut la coexistence pacifique et n’a jamais été aussi important dans un monde en proie à l’insécurité. En changeant les perceptions de la signification du patrimoine culturel et des valeurs culturelles pour les populations locales et les visiteurs, les initiatives de tourisme durable peuvent rendre les habitants plus autonomes et renforcer leur sentiment d’appartenance, leur estime de soi et leur identité. En contrepartie, les visiteurs reviennent chez eux avec une approche de leurs propres valeurs culturelles et patrimoniales réévaluée à l’aune de celle des autres.

Le tourisme s’est développé au cours des dernières décennies pour devenir l’un des secteurs socio-économiques global majeur de notre temps. La culture, qui se traduit dans le patrimoine et les traditions, comme dans l’art contemporain, les langues, la cuisine, la musique, l’artisanat, les musées, la littérature, présente une valeur considérable pour les populations d’accueil dont elle forge les identités, elle renforce le respect et la tolérance entre les peuples, et elle est devenue un facteur clé du tourisme, créant des différences notables entre les destinations. Aujourd’hui, de nombreux pays ont fait de la culture une priorité pour le développement du tourisme durable.

 

 

Le site Arthur Head Heritage de Fremantle est la seule plage reconstruite d'Australie. Image © Agnieshka Kiera.

 

 

 

 

 

 

La communauté de la conservation du patrimoine culturel de l’ICOMOS se voit ainsi offrir de nouvelles opportunités pour étendre sa sphère d’influence en pesant sur les décisions en matière de tourisme durable. Cela peut aller de la stratégie de gestion de biens du Patrimoine mondial jusqu’à la protection du patrimoine fondée sur les droits, d’initiatives de revitalisation d’un environnement construit à des festivals culturels – en faisant appel à la conservation de lieux et d’espaces historiques ; de la relance, redécouverte et formation aux savoir-faire patrimoniaux et à la présentation de ceux-ci à travers des programmes d’interprétation pour les visiteurs – en favorisant un contact direct entre populations locales et touristes ; du partage de pratiques culturelles dans les restaurants, les hôtels, les transports en commun ; du développement de produits culturels que les visiteurs auront envie d’acheter ; et de l’immédiateté de l’image visuelle dans un monde connecté – l’outil digital permettant d’enregistrer et de diffuser, même dans les lieux les plus isolés.

Les questions touchant à la restauration, reconstruction, reconstitution jouent un rôle central dans les décisions à prendre en matière de tourisme durable et de conservation à une époque de contrevérités et de menaces pour l’authenticité. Se pose aussi, plus généralement, la question cruciale de savoir si et comment on doit mettre en avant dans la planification du tourisme durable, la conservation du patrimoine bâti, des paysages urbains historiques, des paysages culturels, et des modes de vie traditionnels (le patrimoine vivant). Ainsi, voit-on souvent les visiteurs s’engager, à travers les « selfies », les clips de vidéo amateurs, dans une auto-observation (et une mise en scène) de leur propre expérience. Qui devrait payer pour préserver et mettre en valeur ces expériences reposant sur le patrimoine culturel spécifique du lieu ? Les entreprises de créateurs de mode ou de design ? Les gouvernements locaux ou nationaux ? Ou chaque visiteur devrait-il s’attendre à payer une taxe touristique ?

 

 

 

L'église Saint-Hripsime est une église apostolique arménienne du septième siècle et fait partie du site du patrimoine mondial de la cathédrale et des églises d'Echmiatsin et des vestiges archéologiques à Zvartnots. Image © Nuran Zorlu.

 

 

 

 

 

 

 

Les Comités de l’ICOMOS sont invités à organiser le 18 avril des activités liées à ce thème, avec pour objectif de faire prendre conscience des valeurs qu’il porte, et, dans certains cas, de la nécessité de mesures de protection adaptées. Les activités pourraient comprendre, notamment, des conférences, des cours, des articles de presse, des tables rondes, des visites de sites, etc… Les Comités de l’ICOMOS sont encouragés à inviter les populations locales à participer activement à cette célébration.

Merci de bien vouloir informer le Secrétariat international de vos activités prévues pour le 18 avril avant le 28 février 2017, afin que nous puissions les publier sur le site web de l’ICOMOS et les partager avec tout le réseau de l’ICOMOS.

Merci d'écrire à calendrier@icomos.org en utilisant le format ci-dessous (en phrases courtes pour une présentation globale concise et en mentionnant “18 avril – nom de votre pays” dans la ligne objet du mail).

Titre de votre événement
Qui ? Organisateurs
Quoi ? Présentation succincte de l'événement
Quand ?
Où ? Pays, ville, adresse
Contact officiel
Site Internet officiel
Pièces jointes : Poster / brochure

Cliquez sur les liens pour télécharger le logo de l'Année internationale du tourisme durable pour le développement des Nations Unies et le logo à l'horizontal.

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.

J'ai compris